Prix Nobel de chimie 2016 : machines moléculaires

Le prix a été attribué aujourd'hui, le 05/10/2016 au français Jean-Pierre Sauvage, au britannique J. Fraser Stoddart et au néerlandais Bernard L. Feringa pour leurs travaux sur les machines moléculaires.

Quésako? Indice :

Les trois chercheurs à l’honneur « ont amené les systèmes moléculaires vers des états où, remplis d’énergie, leurs mouvements peuvent être contrôlés », a expliqué le jury Nobel, précisant :

« Le moteur moléculaire se trouve aujourd’hui au même stade que le moteur électrique dans les années 1830, lorsque les scientifiques exposaient des manivelles et des roues, sans savoir que cela mènerait aux trains électriques, au lave-linge, aux ventilateurs et aux mixeurs. »

Le mieux c'est que Jean-Pierre Sauvage tente de vous expliquer (vidéo de 6min)

prix_nobel.jpg



Prix Nobel de physique 2013 : découverte du boson de Higgs

Le prix a été attribué aux théoriciens, François Englert (81 ans) de l'université libre de Bruxelles et le britannique Peter Higgs (84 ans) de l'université d'Edimbourg, qui ont postulé l'existence de cette particule (en 1964). Le 4 juillet 2012, le CERN (organisation européenne de recherche nucléaire) annonçait la découverte physique de ce nouveau venu grâce à l'imposant accélérateur de particules LHC et ses deux détecteurs géants, ATLAS et CMS, comme l'a rappelé l'Académie royale des Sciences suédoise. 

Comprendre le boson de Higgs (vidéo accessible) à l'origine de la masse de la matière.

Le prix Nobel de Physique 2012 a été attribué au Français Serge Haroche ( ci-contre) et à l'Américain David J. Winland pour des travaux sur la physique quantique 

Extrait :

...En attendant, professeur au Collège de France, Serge Haroche explique patiemment l'objet de son travail : "Il s'agit de manipuler des atomes et des particules de lumière, qu'on appelle des photons, de façon individuelle, pour essayer de comprendre comment fonctionne la physique au niveau des particules, ce qui est très différent de ce que l'on voit dans la vie de tous les jours".

Des recherches qui auront peut-être un jour, dit-il, "des applications dans la vie de tous les jours, dans le calcul, ou la communication. Mais en général, les applications ne sont pas là où on les attend. Si on prend des exemples dans le passé, explique Serge Haroche, des avancées comme la découverte du laser ou de la résonance magnétique, les gens qui ont travaillé dans ce domaine ne pouvait pas s'imaginer que ça permettrait la lecture de CD ou des progrès dans l'imagerie médicale". 

Les applications de la physique quantique, en tout cas, existent déjà. Et de citer les téléphones cellulaires, dans lesquels certains composants, les semi-conducteurs notamment, fonctionnent déjà selon ces règles physiques : "On utilise la physique quantique sans le savoir".

serge_Haroche.jpgEntendre Serge Laroche "le dompteur de photons".

Sa découverte : prix_nobel_de_physique2012.jpg

Albert_Fert.jpg

Le prix Nobel de Physique 2007 a été attribué au Français Albert Fert ( ci-contre) et à

l'Allemand Peter Grünberg pour des travaux qui ont révolutionné les techniques permettant de lire les disques durs et radicalisé la miniaturisation des appareils électroniques.

Leur découverte : C’est en 1988 que ces deux physiciens du solide ont découvert qu’une alternance de couches ultraminces de fer et de chrome (deux métaux courants) , d’une épaisseur de quelques atomes  pour chaque couche (épaisseur de 10 -9 m ; premiers pas de la nanotechnologie), présentait une très forte chute de sa résistance (R) sous l’action d’un champ magnétique. L’effet était déjà connu depuis longtemps mais pas avec une telle amplitude, c’est pourquoi il a été baptisé magnétorésistance géante ou GMR (Giant MagnetoResistance en anglais).

Grâce à ce phénomène, d’infimes variations d’intensités de champs magnétiques devenaient mesurables. Les applications pratiques furent quasi immédiates avec la technologie de l’enregistrement et de la lecture magnétique d’informations sur des disques durs. En effet, c’est en magnétisant une petite région de ces disques qu’une alternance d’aimantations dans un sens perpendiculaire « haut » ou « bas » permet d’enregistrer une série d’informations binaires.  En utilisant l’effet GMR, la capacité de stockage a été multipliée par 100 !

Les travaux des deux lauréats ont permis l'élaboration de têtes de lecture magnétique très performantes, utilisées depuis 1997 dans tous les disques durs d'ordinateurs et multipliant par cent la capacité de stockage d'informations.

 

fert.jpg"Si vous pouvez écouter de la musique sur votre lecteur MP3, c'est un peu mp3.jpggrâce à ce que j'ai fait", a résumé Albert Fert, 69 ans, à des adolescents lui demandant pourquoi autant de journalistes se pressaient autour de lui mardi sur un trottoir de Paris.

 

 

  

Autre découverte :Les travaux des deux physiciens ont également ouvert un nouveau champ de recherche sur un nouveau type d'électronique, baptisée "spintronique".

ipod.jpg

"C'est ce qui a rendu possible les iPods et tout ce qui requiert de grandes capacités de stockage, comme le site vidéo YouTube", explique Chris Marrows, physicien spécialisé dans la spintronique à l'université de Leeds.

 

Alors merci à ces deux chercheurs, et encore bravo!!


Dernière modification : 05/10/2016 @ 17:29
Page lue 1762 fois